Mes aventures  |   |   
Accueil > Mes aventures > Spéléologie : Initiation à Murel

Spéléologie : Initiation à Murel

Dimanche 16 novembre 2014, collègues de travail, amis, pratiquant du Spéléo Club de Tulle, Kayakistes... tout le monde est réuni dans un champs proche de Murel pour découvrir une pratique des plus grot(t)esques.

9h30 (heu enfin 10h plutôt)

Rendez vous au Mc Do de Brive... et oui et pas de Malemort comme pensent certains qui retraverseront tout Brive sans emprunter la ô combien commode déviation.

Hormis ce petit contretemps anecdotique nous ne déplorons que peu de défections.

10h30

Cohue
En file indienne !

L’entrée du champs est boueuse et les voitures s’empilent au bord de l’accotement, alors que déjà un attroupement dense se forme devant la voiture qui regorge de matériel de spéleisme.

DSI, quoiqu’est ce ?
Beaucoup de monde à l’entrée
Même les plus jeunes descendent

L’équipement est rapide car seul le casque, les bottes et la combinaison sont nécessaires dans cette cavité d’entrée horizontale. Quelques ajustements plus tard, nos 18 participants se dirigent docilement vers l’emplacement où se dérouleront les festivités à venir.

Ramping
Concrétionnement

L’entrée, qui est composée d’une bouche d’égouts, est peu accueillante et les initiés descendent au compte-gouttes. Une échelle descend dans les entrailles argileuses de la terre, le contact avec Gaïa est intime et froid mais rien ne décourage notre équipe.

De la marche, essentiellement
Quelques explications
Une belle galerie

2 groupes se forment de façon fonctionnelle afin de fluidifier la progression souterraine lors du franchissement des obstacles : quelques étroitures faciles, une échelle et parfois il faut se baisser un peu... mais l’essentiel de l’itinéraire se fait en marchant.

Potable ? non
Il faut parfois ramper...

Enfin presque, j’oubliais que la voie ferrée du Paris-Toulouse éventrait littéralement la cavité en deux. Afin de pouvoir traverser en toute sécurité, le passage s’effectue en dessous de celle-ci donc besoin de ramper ou de faire du quatre-pattes. Quand un train passe, la dépression de l’air nous rappelle que nous sommes dans un milieu dit "confiné".

Sous la ligne Paris-Toulouse
Une salamandre

Durant notre "périple", nous rencontrons quelques animaux cavernicoles et troglophiles : chauve-souris, salamandre, araignées, spéléologues... hein quoi ! Et oui Jean-Bernard profite de cette journée maussade (climatiquement parlant) pour emmener ses petits fils plus une copine dans la grotte de Murel. Le total des participants s’élève donc à 22 !!

Plusieurs centimètres de calcite sur le métal

Nous arrivons au bout de la cavité, des seaux, laissés par des forcenés de la désobstruction sont restés sous une fontaine pétrifiante. Nous sommes ébahis du résultat : une épaisseur de 5 cm de calcite s’était déposée sur les seaux en métal qui pèsent dorénavant un bon poids. Personne ne souhaite continuer à creuser alors nous rebroussons chemin lentement vers la sortie.

Le sceau une fois vide nous laisse apparaitre des cristaux
Des plafonds relativement hauts

Arrivés dehors nous sommes heureux de constater que l’abri constitué d’une bâche et de quelques cordes n’est pas inutile. Un peu de pluie mêlée de vent nous sera servie en même temps que le repas.

Araignée !
Une bache pas inutile

Vient le moment tant attendu de tous : le lavage du matériel. Michel nous propose de laver celui-ci après la résurgence du Sorpt, nous conférant donc une eau autour de 13°C ce qui semble bien chaude au regard des températures extérieures.

Mais que font ils ?

17h20

Une grande partie du groupe disparaît mais nous formons encore un groupuscule de jeunes motivés ! Direction les grottes de Lamouroux, où nous faisons une visite rapide des lieux. A chaque fois je suis étonné de l’ampleur de ce site et du manque d’efforts de la part des collectivités pour le mettre en valeur.

Un site impressionnant
On a choisi notre emplacement

Nous repérons un endroit tranquille pour faire nos grillades. Nous déployons table, bougies, sièges et nous attaquons courageusement l’apéritif. Les grillades viendront plus difficilement (escalopes de veau et saucisses) à cause d’un bois compressé de qualité médiocre.

Il manque une chaise, mais ou ?
On est pas bien la ?

La soirée se poursuivra très largement après le coucher du soleil dans la joie et la bonne humeur !

Grillades qui se laissent désirer
La soirée fut peu arrosée

@ Bientôt,

Niko

Répondre à cet article

samedi 22 novembre 2014, par Niko le mégot

SPIP | Accueil | squelette | Plan du site | Contact | Admin | Suivre la vie du site RSS 2.0